Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Découvrez tous les secrets de l'industrie des jeux de société en lisant ce livre !

Créer un jeu de société : les 10 erreurs à éviter !

Il y a de plus en plus d'auteurs, de plus en plus de créativité...et de plus en plus d'éditeurs ! Bref, les conditions idéales pour tout jeune auteur pour se lancer et réaliser son rêve : faire éditer son jeu de société ! Toutefois, il faut éviter les erreurs de parcours les plus cruelles, souvent fatidiques.

 

Je suis le créateur de la maison d'édition Le Jeu Français et j'ai édité au total plus de 13 jeux et travaillé sur plus de 40 idées de mécaniques avec des auteurs pour les accompagner dans leurs projets éditoriaux. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce que je fais, alors vous pouvez visiter mon site : https://lejeufrancais.fr

Erreur N°1- Ne vous trompez pas de but !
  • Votre jeu a pour principal objectif d'amuser les autres...et non vous seul !

C'est malheureusement l'écueil de certains projets où l'auteur reste trop centré sur ses attentes personnelles. Je l'ai décrit en détails dans mon livre "Tous les secrets de l'industrie des jeux de société" qui est un concentré de plus de 200 pages sur toutes les astuces à connaître pour éditer un jeu correctement. Je viens d'en faire une seconde édition améliorée et revue avec plein d'exemples. Il est disponible uniquement sur la boutique ici et il en reste 363 exemplaires : cliquez ici !

 

  • Pour résoudre ce problème : faites des tests-joueurs sans être présent aux côtés des joueurs.

Demandez ensuite un feedback précis sur les sensations de jeu. La thématique de votre projet de jeu est clé pour atteindre cet objectif.

 

  • Mais travaillez également votre pitch !

Qu'est-ce qu'un pitch ? C'est tout simplement le résumé de votre jeu en 2 phrases choc qui donnent à la fois le ressort stratégique du jeu et également une dose d'intrigue ou d'énergie, qui pousse les joueurs à démarrer une partie. Vous ne pouvez pas savoir à quel point c'est important ! D'ailleurs votre titre sera un élément clé pour lancer la partie. Il participe lui aussi de ce process important ! Il génère la motivation de se lancer dans une nouvelle expérience !

 

Je vous donne un exemple concret : Une sacréée année de m**** est un jeu d'ambiance qui mettra le feu à vos prochaines soirées entre amis ! Endiablez vos débuts de soirée et ne vous trompez pas dans le décompte sinon vous récupérez toutes les cartes au centre de la table ! Si vous voulez découvrir ce nouveau jeu, alors foncez ici : cliquez ici !

Erreur N°2- N'oubliez pas la thématique !

Bien souvent le coeur de la mécanique d'un nouveau projet de jeu de société tourne bien et malheureusement c'est ensuite le début des grosses galères...puisqu'il faut "plaquer" une thématique sur le jeu. Et c'est là que la bas blesse.

 

A trop vouloir compenser ce manque initial, la thématique choisie ne cadre pas avec les différentes interactions entre les joueurs.

 

Il y a un hic.

 

Les joueurs le ressentent. Votre mécanique peut être très bien huilée, si elle n'est pas servie par un "cadre" structurant alors votre jeu fera flop.

 

Pour résoudre ce problème

...optez toujours pour une thématique de départ. Vous en changerez très certainement par la suite, mais ne partez pas sur un concept sans un repère avec un thème.

 

Une thématique est un support vital.

 

Vous pouvez y puiser des ressources additionnelles pour trouver des ressorts nouveaux dans certains moments clés de votre jeu.

 

Plus votre jeu est complexe et plus le choix de votre thématique aura une importance vitale.

 

Mais même si vous réalisez un Party Game, vous aurez aussi à "placer" votre jeu dans un univers. Les futurs acheteurs ont besoin de se projeter.

 

Si votre mécanique n'a pas besoin de thématique, et c'est le cas du Uno, alors son titre sera d'autant plus important ! Mais notez par exemple que le jeu "6 qui prend", qui est un énorme succès, a quand même opté pour une thématique à base de vaches. Il aurait pu être imaginé sans problème sans aucune thématique et pourtant ce fut pas le cas ! Posez-vous la question !

Pourquoi ?

Dans un cadre familial, cela aide les enfants à se focaliser sur quelque chose de concret. Dans ce jeu, il faut éviter "les têtes de vache". Cela pose une image claire sur les points de malus à éviter. Cela évite à avoir à inventer un terme négatif comme "les points de défaite", qui serait un terme horrible et rebutant ! Tournez en dérision certains pans de votre mécanique.

Trouvez les images qui les rendent drôles ! Votre projet de jeu en sera d'autant plus réussi !

 

Erreur N°3-N'oubliez pas le nombre de joueurs !

Il était une fois un très joli prototype...jouable uniquement à 4 joueurs. Une mécanique superbe, mais le plaisir de jeu n'est maximal qu'à 4 joueurs. Impossible de faire autrement : si on réduit le nombre de joueurs, les interactions sont moindres et le jeu devient monotone.

 

Bien entendu, ce jeu ne fut jamais édité, bien que véritable bijou.

 

Pour éviter ce piège classique

...n'hésitez pas à faire des tests différents en changeant dès les premières parties le nombre de joueurs. Bien souvent les prototypes sont calés sur un nombre optimisé de joueurs (le nombre de testeurs habituels du créateur) mais ne tourne pas harmonieusement en dehors de ces paramètres bien définis.

 

A l'ère des jeux modernes, la flexibilité est une force !

Si votre jeu peut très bien tourner à 4 joueurs, faites en sorte qu'il soit aussi jouable à 5 ou 6. Vous augmenterez les chances que votre future boîte soit sortie lors de futurs apéros ou repas de famille.

 

Plus votre jeu a d'occasions d'être utilisé, plus il y aura de joueurs qui en connaîtront les règles. Et plus le bouche à oreille autour de votre idée sera vivace ! Vous vendrez par conséquent plus de boîtes ! C'est mathématiques !

 

L'univers des jeux de société, que ce soit des jeux de société adultes ou des Party Games, est mathématiques !

 

 

Erreur N°4- N'oubliez pas le coût de fabrication !

Evitez absolument les idées nécessitant un matériel non-optimisé. Certes votre jeu marche très bien avec 350 cubes en bois.

Certains y trouveront même un vrai plaisir à partager votre petit délire perso et pourront même vous encourager, à tort.

 

N'oubliez jamais que votre rôle est aussi d'optimiser le matériel nécessaire à la bonne tenue de votre mécanique.

Chaque carte et chaque pion doivent être absolument indispensables. Pour éviter ce problème, tentez régulièrement de simplifier vos règles du jeu pour voir les limites de votre mécanique avec moins de matériel.

Parfois cela vous aidera même à mieux déterminer quel est le véritable coeur de votre jeu.

 

Un article complet est dédié ici-même sur ce blog au thème des coûts de fabrication

Vous y retrouverez le prix d'un paquet de 90 cartes, celui d'un plateau, celui d'éléments en plastique, d'un dé...etc. De quoi booster vos connaissances sur l'envers du décor pour votre projet en construction ! C'est très important de ne pas négliger ces aspects. Le prix d'un jeu, pour être un succès, doit généralement être inférieur à 25€, et si possible en dessous de 20€ !

 

Alors, réfléchissez bien à ce qui est vraiment nécessaire et ce qui est finalement superflu.

Le plaisir de jeu d'une mécanique repose souvent sur un élément fort et deux trois choses annexes. Il n'y a pas forcément besoin de tout mettre dans le même. Cela rallonge souvent les tours et la durée globale d'une partie, ce qui a un impact sur sa rejouabilité.

 

Les plus grands succès restent quand même des jeux où le tour est composé d'une action simple à réaliser et où la partie ne s'éternise pas !

 

Repensez à votre dernière partie de Monopoly : vous lancez les dés, vous achetez un terrain. Mais quel est l'élément le plus pénible ?

La durée de la partie ! Lorsque celle-ci devient un marathon infernal, vous abandonnez en cours de route !

 

Erreur N°5- N'oubliez pas la durée de jeu !

Une partie de jeu de 7 heures, cela peut être génial. Surtout avec 6 potes, autour d'un bon plateau de Diplomacy.

 

Mais franchement....qui peut aujourd'hui encore soutenir qu'il a plusieurs heures pour convaincre ses potes de faire une p'tite partie.

 

La grosse tendance (même pour les gros jeux) c'est de faire en moins de 90 minutes, voire même en 60 minutes.

 

Alors pour éviter ce problème, simplifiez vos tours de jeu et n'hésitez pas à trancher dans le vif tout ce qui n'est pas nécessaire. Faites en sorte de stabiliser votre jeu autour d'une noyau qui tourne parfaitement en 25 minutes.

 

Lorsque vous avez cela, autorisez-vous éventuellement à en rallonger certains pans en complexifiant.

 

"Moins c'est mieux"

...peut être une bonne maxime en tant qu'auteur de jeu pour trouver le Saint Graal du jeu qui se vend à plusieurs millions d'exemplaires (quelques dizaines de milliers reste déjà une très belle réussite !)

 

Posez-vous toujours la question, en fin de cycle de création :

pourquoi mon jeu dure-t-il ce nombre de minutes ?

Est-ce cohérent ?

 

Je me rappelle personnellement avoir édité un excellent jeu dont certaines parties ne duraient que 3 minutes. A l'inverse, c'était trop court ! Les joueurs avaient l'impression que le jeu avait une issue chaotique.

 

Je l'ai réédité avec de nouvelles règles, plusieurs années après, en le remodelant, pour le stabiliser autour d'une durée fixe comprise entre 15 minutes et 30 minutes. Il s'agit de 30 secondes Chrono dont vous voyez ici la fabrication de la toute première boîte de prototype réalisée par l'imprimeur :

 

J'ai mis d'autres photos ici : cliquez ici !

Erreur N°6- Ne contactez pas trop d'éditeurs !

C'est une erreur classique !

Vous avez envie de faire connaître vos idées et vous avez envie d'avoir des retours rapides. Vous allez donc avoir logiquement l'envie d'envoyer vos règles du jeu à un panel aussi large que possible d'éditeurs. Mais préférez un ciblage réfléchi à un spamming.

 

Soignez votre image en tant qu'auteur !

Renseignez-vous précisément sur les dernières parutions de chaque éditeur, leurs lignes éditoriales. Allez les voir sur des salons où ils ont des stands.

 

Privilégiez les rencontres physiques.

 

Vous avez statistiquement très très peu de chances de faire éditer votre jeu en l'envoyant par email ! Notez cela précieusement. Vous gagnez plusieurs années dans votre cheminement d'auteur !

 

De surcroit, vous pouvez aujourd'hui réaliser vos boîtes de prototype bien plus simplement en utilisant des imprimeurs spécialisés. Je vous donnerai personnellement des contacts si cela vous intéresse. Vous pouvez me contacter avec le module "contact" de ce blog.

 

Un seul éditeur suffit à votre succès !

Et vous pouvez aussi aller voir des éditeurs étrangers ! Il n'y a pas que la France qui est forte en jeux de société. Les éditeurs suisses et allemands sont également très dynamiques ! Créez les conditions de la concurrence plutôt que de courir après votre premier accord. Vous obtiendrez des droits d'auteur bien plus élevés !

 

Car il faut savoir que les conditions ne sont pas les mêmes sur un jeu où plusieurs éditeurs se battent et sur un jeu où il n'y en a qu'un d'intéressé.

Vous pouvez facilement doubler vos espérances de gains en jouant bien vos cartes !

Cela n'est pas neutre sur des énormes succès !

 

Et noter également que les très gros éditeurs sont souvent bien plus intéressés par un jeu où leurs concurrents se sont positionnés. Vous êtes joueur dans l'âme, faites monter les enchères !

Et surtout, gagner la confiance sur le long terme ! Vous ne créerez pas qu'un seul jeu et vous en ferez d'autres !

 

Erreur N°7- Ne demandez pas la signature d'un NDA !

Aucun éditeur ne vous signera un accord de confidentialité pour la lecture de vos règles du jeu ou l'étude de votre projet.

 

Pour surmonter vos appréhensions, déposez une enveloppe Soleau et diffusez largement vos idées au travers de festivals.

 

Un NDA est votre pire ennemi

Cela montre de surcroit que vous n'êtes pas capable d'accorder votre confiance. Un éditeur n'a aucun intérêt à "piquer" une idée de jeu. Sa crédibilité en prendrait un coup bien trop sérieux. Il ne recevrait plus aucune idée neuve ensuite.

 

Vos efforts juridiques doivent porter ailleurs!

Entourer-vous d'un bon avocat pour la relecture de votre tout premier contrat. Cela vous coûtera 250€ mais c'est un bon investissement. Il peut vous rapporter plusieurs centaines de milliers d'euros en cas de succès.

 

Les détails juridiques dans un contrat de cession de licence d'exploitation des idées d'un jeu sont à ne jamais négliger.

Vous vous en apercevrez lorsque vous aurez votre première vraie proposition sérieuse.

Ne vous faites pas avoir ! Je peux vous accompagner personnellement sur ces sujets si vous en avez le besoin. Si vous voulez me contacter, alors le module de contact est là pour cela !

 

Erreur N°8- Ne travaillez pas seul !

Il est très rare de voir des créations du seul fait d'un seul auteur.

 

Non pas que ça n'arrive jamais, mais dans tous les cas ils sont plutôt minoritaires et/ou très bien entourés.

 

Pour résoudre ce problème, constituez-vous une équipe de choc : un co-auteur et des testeurs.

 

Cela n'a pas de prix d'avoir de très bons testeurs. Ils mettent votre mécanique à rude épreuve. Vous vous apercevrez de configurations inédites, surtout sur les jeux de société adultes.

 

Votre voix seule ne compte pas

C'est celle des joueurs que vous devez toujours privilégier. Noter précieusement tous les retours d'expérience. Certains points, pris isolément, ne vous feront pas tilt tout de suite.

Mais l'accumulation fera que vous trouverez peut-être une nouvelle variante de votre tour de jeu pour fluidifier, accélérer, augmenter le suspense...

 

L'idéal est de...filmer les parties de test !

Très peu de jeunes auteurs le font et pourtant cela apporte beaucoup. Votre attention est souvent portée sur le joueur dont c'est le tour et pourtant dans la réalité beaucoup de choses se passent pour les autres joueurs pendant que c'est le tour d'un autre !

 

En filmant, vous pourrez concentrer votre attention sur les réactions des autres joueurs. Vous pourrez revisionner à souhait. C'est extrêmement utile.

On ne retient que 10% de ce que les gens nous disent. Vous perdez donc 90% du feedback de vos testeurs ! C'est dommage !

 

En filmant, vous découvriez, en réécoutant à froid et sans émotion, ce que vos testeurs voulaient vraiment vous dire.

 

Erreur N°9- Ne vous arrêtez pas à la seule rédaction des règles !

Un jeu, ce n'est pas un fichier Word.

Si vous vous apprêtez à envoyer un projet à un éditeur alors que vous n'avez pas encore réalisé de tests-joueurs, alors vous faites fausse route complète !

 

Un bon prototype a déjà été testé une centaine de fois et avec des personnes différentes, dans l'idéal une trentaine pour cumuler un nombre d'avis suffisamment diversifié pour être représentatif.

 

Pour résoudre ce problème

...obligez-vous à le présenter en festival en prenant une table d'auteur. Il y a des "Off" dans les plus grands d'entre eux. Rendez-vous dans des bars spécialisés, des bars à jeux. Confrontez vos idées à des publics nouveaux et même à des joueurs récalcitrants. C'est votre meilleure victoire lorsque vous réussissez à convaincre un joueur qui au départ n'avait vraiment pas envie de consacrer du temps à votre idée de jeu ! Là vous tenez le bon bout et vous savez que vous êtes sur la bonne route.

 

Organisez des soirées chez vous, c'est aussi une bonne chose.

Mais focalisez-vous sur les personnes que vous connaissez le moins dans cette petite bande. Les avis des conjoints/conjointes que vous connaissez moins bien sont aussi de bons points de repères.

 

Usez des après-midis "anniversaire" de vos enfants, si vous en avez et si vous êtes sur un projet de jeu familial ou enfants, pour tester vos idées sur un public dissipé à souhait et virevoltant. C'est un excellent "crash test". Si vous gagnez l'attention spontanée dans de telles conditions, là vous tenez probablement en main un futur succès d'édition !

 

Prenez des photos aussi de vos tests-joueurs.

Vous joindrez cela à votre dossier. Cela montrera à l'éditeur que vous vous êtes investi à fond et que de nombreux joueurs différents y ont trouvé beaucoup de plaisir !

 

Créez-vous un blog.

Essayez d'y publier des vidéos d'explication de vos règles du jeu. Essayez d'obtenir des retours spontanés sur votre pitch par exemple. Vous pouvez l'améliorer sans avoir à retoucher vos règles du jeu !

 

Et par pitié, n'en restez pas à de simples mots couchés sur un papier. Un jeu c'est du vivant, c'est une somme d'émotions ressenties par des joueurs !

 

Erreur N°10- Ne vous lancez pas dans l'auto-édition !

Jamais, jamais, jamais !

 

Premièrement parce que vous y laisserez des plumes (c'est une réalité).

 

Deuxièmement, parce que même si votre jeu est excellent, vous le coupez de son potentiel en imaginant le diffuser par vous-même.

 

Pour résoudre ce problème

...entretenez votre réseau de contacts auprès de professionnels de l'édition. Ils seront vos meilleurs atouts réussite !

 

Cela ne vous empêche pas de créer votre prototype dans des conditions quasi réelles et sans grand investissement. Pour moins de 1000€ (hors illustrations) vous pouvez avoir vos toutes premières vraies boîtes ! Faites exister votre jeu, mais réfléchissez à sa "scalabilité" ! Comme tout projet, l'idée est de lui donner les clés pour réussir !

 

Bonne chance et si vous souhaitez plus d'aide...

...n'hésitez pas à me contacter en utilisant le module approprié sur ce blog ! J'ai écrit durant plus de 200 heures mon ouvrage "Tous les secrets de l'industrie des jeux de société" exprès pour rassembler toutes les information et astuces que je pouvais vous donner pour vous aider dans vos projets en cours et les suivants. Il y a quantité de choses à apprendre et vous découvrirez l'envers du décor en le lisant. Il est à 29,90€ ici : cliquez ici !

 

Et si vous avez une super idée de jeu à éditer

Je suis aussi éditeur alors foncez et je vous donnerai mon feedback !

Yannick

 

Vous avez aimé cet article ?

Vous aimerez très certainement les 7 articles suivants :

1-Créer une maquette de jeu de société : cliquez ici !

2- Les chiffres du marché des jeux de société : cliquez ici !

3- Créer un jeu de société et le faire éditer : cliquez ici !

4- Créer un jeu de société : les 10 erreurs à éviter ! cliquez ici !

5- Auto-éditer un jeu de société : cliquez ici !

6- Du prototype au jeu de société édité : cliquez ici ! 

7- L'Etude complète sur le secteur des Jeux et Jouets avec tous les chiffres : cliquez ici ! 

8- Découvrez le livre 'Tous les secrets de l'industrie du jeu de société" : cliquez ici !

 

Envie d'en savoir plus sur l'univers de la conception des jeux de société ?

 

Découvrez le livre de 300 pages intitulé "Tous les secrets de l'industrie du jeu de société" à tarif unique et exclusif sur Pépites Ludiques.com de 29,90€ TTC (Règlement par chèque et facture disponible)

 

Si vous êtes un futur auteur ou un jeune auteur qui se micro-édite seul, ce livre vous permettra d'avancer dans vos démarches en obtenant des informations concrètes pour vos futures démarches. Il a été rédigé par moi-même, fondateur de ce blog et fondateur de la maison d'édition Le Jeu Francais. J'ai édité 9 jeux au total, pour information.

 

En contenu exclusif, vous y découvrirez tous l'envers du décor de cette industrie si particulière, trustée par quelques acteurs. Des révélations chocs !

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :